L’organisation des obsèques

Lorsque les volontés du défunt sont connues, la famille se doit de les respecter.
Si le défunt n’avait jamais émis de volontés, c’est aux membres de la famille de choisir.

 

Les obsèques ne peuvent pas se dérouler à moins de 24 heures du décès, et au plus tard 6 jours après le décès.

  • Une dérogation peut-être demandée auprès de la préfecture si des membres de la famille ont besoin de quelques jours supplémentaires pour être présents lors des obsèques.

 

L’organisation des obsèques se fait en fonction des volontés émises et du lieu de décès.

L'inhumation est le type d’enterrement le plus souvent voulu, mais de plus en plus de personnes ont la volonté d'être incinérées.

 

En France, l'inhumation ou la crémation sans cercueil étant interdites, le corps du défunt doit donc obligatoirement être mis en bière, c'est à dire déposé dans un cercueil.

Choisir entre une cérémonie civile ou religieuse... ?

  • Les cérémonies civiles sont organisées généralement au lieu de la mise en bière. Ces cérémonies ne comprennent pas de passage dans un lieu religieux (Eglise, temple ou autre). Cependant, sur le lieu de la mise en bière, au crématorium ou au cimetière, peuvent être réunis les membres de la famille avec leurs amis afin de rendre un dernier hommage au défunt. Cet hommage peut se faire avec des textes que les membres de la famille, amis, ou le maitre de cérémonie peuvent lire, mais aussi avec des musiques, ou des diaporamas à base de photos ou de vidéo qui retraceraient la vie du défunt.
  • Les cérémonies religieuses se déroulent dans les édifices propres aux religions.

Pour un catholique, la cérémonie se déroule à l'église, il est possible de choisir entre une simple bénédiction (environ 30min) ou la célébration d'une messe (environ 1heure avec la communion). Au cimetière, la bénédiction de la tombe peut être organisée. La crémation est autorisée par le Vatican.

 

Pour les musulmans, le service religieux n’est pas imposé, tout dépend des traditions locales. Pour un homme, la toilette rituelle est effectuée avec l’Imam et les hommes de la famille. Pour une femme, celle-ci sera effectuée avec les femmes de la famille. La crémation n'est pas admise.

 

Pour un protestant, la cérémonie religieuse peut avoir lieu soit au temple, soit au cimetière. La crémation est aussi admise. Pour une personne orthodoxe, un seul office est célébré. La crémation n'est pour cette religion, pas admise.

 

Pour un Israélite, il n'y a pas de cérémonie. Le corps du défunt fait l'objet d'un rite de purification avant la conduite au cimetière. La crémation n'est pas admise.

 

Comme pour les cérémonies civiles il est possible de lire ou faire lire des textes, passer des extraits de musique, faire des diaporamas.

Démarches :

  • Il faut entrer en contact avec les membres religieux afin de définir d’un horaire de passage dans les lieux religieux ou d’un rendez-vous sur le lieu de la mise en bière pour les rites.

Choisir entre une inhumation ou une crémation... ?

 

L'inhumation, en principe, a lieu dans un cimetière communal ou intercommunal.

 

Dans ce cas, il faut être en possession d’une concession de terrain dans un cimetière.
Soit :

  • Le cimetière de la commune du domicile du défunt,
  • Le cimetière de la commune du lieu de décès,
  • Le cimetière dans lequel il existe déjà une concession de famille.

Si le défunt n’a pas de place prévue, la famille devra acquérir une concession. Les pompes funèbres peuvent aussi se charger de l'achat de la concession.

 

Les tarifs varient selon les communes et la durée.

 

Il existe des concessions dites "temporaires" qui doivent avoir une durée supérieure à 5 ans sans pouvoir excéder 15 ans, les concessions trentenaires, les concessions cinquantenaires.
Ces concessions sont renouvelables.

 

Les concessions perpétuelles, qui sont de moins en moins proposées par les communes sont soumises à un entretien régulier de la sépulture et chaque personne se doit d'établir sa parenté avec le premier acquéreur toutes les 3 générations.
 
Une fois la concession acquise, il faudra décider si l’inhumation se fera en pleine terre ou en Caveau

Démarches :

  • Pour une inhumation, qui se déroule sur le territoire du lieu de décès ou de repos, la mairie doit vous délivrer, sur présentation du certificat de décès, du titre de concession, et d’une demande écrite :
    - Une autorisation de travaux (soit creuser une fosse ou construire un caveau).
    - Une autorisation d’inhumation.
  • Pour une inhumation qui ne se déroule pas sur la même commune du lieu de décès, la mairie du lieu de décès doit délivrer, sur présentation d’un certificat de décès ainsi qu’une demande écrite :
    Une autorisation de fermeture de cercueil. 

    Il vous faut déclarer le transport après mise en bière à la mairie du lieu de repos et à la mairie du lieu d'inhumation.
  • La mairie du lieu d’inhumation doit vous délivrer, sur présentation de l’acte de décès, du titre de concession et d’une demande écrite :
    - Une autorisation de travaux
    - Une autorisation d’inhumation

Si la commune du lieu du départ du cercueil (Mise-en-bière) et différente de celle du lieu d’arrivée (Inhumation), la police de la commune devra être convoquée lors de la fermeture du cercueil et de son départ, les autorités de police apposeront un scellé de cire sur le cercueils. (A la tête et aux pieds).

 

Si la commune du lieu de mise en bière et la même que la commune du lieu d’inhumation, la police ne doit pas être convoquée.

La crémation est le processus pour transformer le corps du défunt en cendres.

 

Pour procéder à la crémation d’un défunt, il faut se rapprocher d’un crématorium.


Cette opération ne peut se faire qu’au sein d'un crématorium.

 

Les cendres sont recueillies dans une urne cinéraire sur laquelle est apposé le nom, prénom, date de naissance et de décès de la personne crématisée.

 

Depuis le début de l’année 2009, les familles ne peuvent plus conserver les urnes à leur domicile.

 

Les cendres peuvent-être :

  • inhumées dans un columbarium, espace réservé aux urnes dans les cimetières.
  • inhumées dans une concession de famille. Aussi bien dans une concession pleine terre que dans un caveau. Même si cette concession est complète.
  • Scellée sur un monument funéraire.
  • Dispersées dans les jardins du souvenir des crématoriums ou des cimetières s’ils en dispose nt d’un.
  • Dispersées en pleine nature, en respectant les législations en fonction des lieux. (Mer, Forets, Montagne, Espace…).

Un certificat de crémation sera remis en même temps que l’urne à la famille. Ce certificat sera conservé par la famille pour le transport des urnes et la dispersion des cendres en milieu naturel.

Démarches :

  • Pour une crémation, qui se déroule sur le territoire de la commune du lieu de décès,
    la mairie du lieu de décès doit vous délivrer, sur présentation du certificat de décès, du titre de concession, et d’une demande écrite :

    - Une autorisation de crémation
    - Une autorisation de travaux (ouverture de columbarium, Ouverture de caveau...
    - Une autorisation d’inhumation ou de dispersion.
  • Pour une crémation qui ne se déroule pas sur la même commune du lieu de décès, la mairie du lieu de décès doit délivrer, sur présentation d’un certificat de décès ainsi qu’une demande écrite :
    - Une autorisation de fermeture de cercueil,
    - Une autorisation de crémation,
     
    Il vous faut déclarer le transport après mise en bière à la mairie du lieu de repos et à la mairie du lieu d'inhumation.

  • La mairie du lieu d’inhumation ou de dispersion doit vous délivrer, sur présentation de l’acte de décès, du titre de concession et d’une demande écrite :
    - Une autorisation de travaux (ouverture de columbarium, Ouverture de caveau... et/ou
    - Une autorisation d’inhumation ou de dispersion.

Dans le cas des dispersions en pleine nature, celles-ci doivent être déclarées dans les mairies des lieux de naissance et autorisées par les mairies des lieux de dispersion.

 

Si la commune du lieu du départ du cercueil (Mise-en-bière) et différente de celle du lieu d’arrivée (Commune d’implantation du crématorium), la police de la commune devra être convoquée lors de la fermeture du cercueil et de son départ, les autorités de police apposeront un scellé de cire sur le cercueils. (A la tête et aux pieds).

 

La police du lieu de crémation devra être convoquée si le cercueil arrive d’une autre commune, afin de vérifier l’état des scellés.